L’histoire d’Auvers-Sur-Oise

Située sur la rive droite de la rivière qui lui donne son nom, Auvers-sur-Oise est riche d’une histoire qui remonte au IXe siècle. C’est en effet en 832 que son nom apparait sur une charte de partage rédigée par l’Église.

Des Mérovingiens à la révolution : entre partages, guerres et désastres naturels

blason auvers sur oise

Blason d’Auvers-Sur-Oise

À cette époque, la France est loin d‘être telle qu’on la connait aujourd’hui. Les frontières ne sont pas établies, et les terres sont souvent la propriété des rois, des seigneurs et de l’église. Les partages sont monnaie courante. Par exemple, Philippe-Auguste au XIIe siècle cédera le village à Richard de Vernont en échange d’autres domaines. Puis le bourg sera la propriété de l’Abbaye de Saint-Denis, qui vendra les terres pour réduire ses dettes en 1599 à Jean-François de Berbisy contre quelques milliers d’écus d’or.

Auvers reviendra dans le domaine royal au XVIIIe siècle, en 1783 après avoir été au cœur d’une lutte acharnée car une partie des terres se situait sur les chasses du Prince de Conti, ce dernier en ayant obtenus la concession en 1743.

Durant toute cette longue période, les guerres ont beaucoup influencé le nombre d’habitants de la ville. Ainsi, durant la guerre de 100 ans, Auvers-sur-Oise est déserté, et les Anglais pilleront et détruiront le village. Plus tard, en 1525, la ville subira, comme sa voisine Pontoise, l’attaque de pillards. Les guerres de religion n’épargneront pas non plus les habitants ni les structures. Elle sera assiégée en 1589 par les troupes de Henri de Navarre et de son beau-frère le roi Henri III. Puis la ville sera sous le joug des troupes militaires.

Outre les guerres, les catastrophes naturelles et autres épidémies sont monnaies courantes. Hivers rigoureux qui tuent le bétail (aux XVIIe et XVIIIe), épidémies de peste en 1637 et 1638, inondations, tempêtes de grêles… On imagine aisément que la vie était loin d’être calme pour les habitants d’Auvers-sur-Oise. Ce qui est intéressant, c’est que c’est l’ensemble de ces facteurs (guerres, pillages, ravages) qui pousseront les habitants, leur seigneur et le prêtre à fortifier l’église, le cimetière et l’hôtel seigneurial dans le but de protéger les hommes, mais aussi le bétail et les vivres.

L’histoire d’Auvers-Sur-Oise de la révolution à nos jours

Auvers-sur-Oise en 1900

Auvers-sur-Oise en 1900

C’est en 1843 que la ville aura son nom définitif : Auvers-sur-Oise. Le XIXe siècle est aussi marqué par les épidémies (choléra) et les désastres naturels comme les grandes crues (1836, 1859, 1861). Lors de la guerre de 1870 la ville, qui ne sera pas vraiment occupée (seulement quelques mois), subira les réquisitions des troupes prussiennes.

L’église d’Auvers-sur-Oise Vincent Van GoghCe siècle verra pourtant l’ouverture d’une ligne de chemin de fer qui relie Auvers-sur-Oise à Paris. En effet,  c’est à partir de là que les liaisons avec Paris vont s’intensifier et que de nombreux Parisiens viendront profiter de la campagne. Sans compter la renommée que la ville acquière grâce aux peintres qui viennent s’y installer : Charles-François Daubigny en 1860, avec son bateau atelier, mais aussi Vincent Van Gogh en 1890 qui peindra 70 toiles de la ville, avant d’y mourir.

L’histoire d’Auvers-sur-Oise se tournera vers l’expansion urbaine dès le XXe siècle, mais posera aussi la volonté des municipalités successives de développer le tourisme. L’avantage est que ce développement de l’habitat s’est réalisé dans le respect de l’environnement et des sites si chers aux peintres impressionnistes, ce qui donne à la ville un charme tout à fait particulier.

La ville continue de développer son attractivité touristique et à mettre en œuvre des espaces d’accueil plus appropriés d’année en année.

Laisser un commentaire